BIOGRAPHIE

Céline Guinvarc'h Céline GUINVARC'H est née le 13 avril 1972 à Clichy.

Depuis toute petite elle a une affinité pour les arts plastiques et développe très tôt un sens artistique dans le domaine du graphisme.

Elle a seize ans quand elle commence la pratique de l'Aïkido et du Katsugen-Undo ( mouvement régénérateur ), avec Régis Soavi au Dojo Tenshin à Paris.

Son père, graphiste illustrateur, lui enseigne le métier et elle se forme à l'art de l'affiche avec l'affichiste Guy Mocquet. Elle participe à des concours d'affiches et suit des cours de peinture à l'huile.

En 1990, sur présentation de son book, elle est engagée comme maquettiste dans l'agence de publicité Intertitres, filiale de DDB Needham, où, rapidement, elle assiste le Directeur de Création dans ses fonctions et le remplace durant ses absences.

C'est pendant cette période qu'elle découvre l'art du kakemono, montage traditionnel chinois et japonais des peintures et des calligraphies, ( aujourd'hui plus connu sous le nom de kakejiku ), à travers le livre de Claire Illouz Les Sept Trésors du Lettré. Elle commence alors ses premiers essais.

N'ayant pas eu l'opportunité d'aller au Japon suivre l'enseignement d'un maitre, elle poursuit seule ses expériences avec les kakemonos, en se basant sur l'ouvrage de Claire Illouz, sa formation de graphiste et sa propre sensibilité artistique. Dans cette recherche personnelle, elle est aussi guidée par sa pratique au Dojo et par l'enseignement qui émane des calligraphies de Maitre Itsuo Tsuda.

L'année 2000/2001 sera une année riche en événements: à la demande d'une journaliste italienne, elle écrit un article sur sa démarche et son savoir-faire: Le Kakemono, un art traditionnel, une philosophie, qui paraît en juin 2000 à Milan dans la revue Arti d'Oriente. De décembre à juin, elle anime un stage à l'ADAC ( Paris 6ème ) avec Claire Kito pour ses élèves de calligraphie chinoise et elle participe, avec trois autres artistes, à l'exposition Voyage dans un pays de papier à l'Espace Hattori, centre culturel franco-japonais ( Paris 11ème ) pendant un mois (mai-juin 2001). Alors que son travail rencontre d'ores et déjà un accueil très favorable, elle poursuit encore pendant plusieurs années sa recherche, avant de décider de se faire connaître d'un plus large public.

Depuis de nombreuses années elle réalise des kakemonos pour l' Ecole Itsuo Tsuda et en 2007, cette dernière lui propose d'initier à l'art du kakemono un groupe de personnes venant des Dojos de Milan, Ancona, Paris et Toulouse.

Actuellement tout en continuant la réalisation des kakemonos de l'Ecole Itsuo Tsuda, elle répond à des commandes venant d'artistes et de particuliers et travaille parallèlement à une collection de créations personnelles.